La question des « mauvais traitements » et la détention au Canada

L’ACAT Canada est déjà intervenue sur le cas d’Adam Capay placé durant des années en isolement cellulaire alors qu’il n’était que prévenu [1] et sur celui du transfert des femmes dans une prison désuète et mixte, l’établissement Leclerc à Laval [2]. Sans être de la torture à proprement parler, ces situations pouvaient être envisagées comme des traitements cruels, inhumains et dégradants et nous proposons d’explorer cette question pour le Canada.

lire la suite