Mexique : Francisco de Jesús subit les contrecoups de la torture

Francisco de Jesús Espinosa Hidalgo est un paysan indigène tsotsil de 69 ans. Son engagement contre des mégaprojets de développement dans sa région du Chiapas lui a vraisemblablement valu d’être torturé et maintenu en détention dans des conditions indignes pendant plus de trois ans. Aujourd’hui libre, il se bat pour que ses tortionnaires soient condamnés et pour obtenir réparation.

lire la suite

Viêtnam : condamné à mort depuis 10 ans sans preuve

Ho Duy Hai a été condamné à mort au Viêtnam en 2008, il y a déjà 10 ans. Un comité judiciaire de l’Assemblée nationale a soulevé que les aveux obtenus sous la torture étaient probablement faux, puisque les preuves montrent qu’il n’est pas impliqué dans le crime qu’on lui reproche. Sa longue attente dans le couloir de la mort est intolérable. Nous vous appelons à l’action pour dénoncer cette situation.

lire la suite

Bangladesh : Shahidul Alam, prisonnier d’opinion

Le photographe Shahidul Alam a été arrêté le 5 août 2018 au Bangladesh pour avoir tenu sur les médias des propos qui ne plaisent pas au gouvernement concernant les manifestations par les étudiants pour la sécurité des rues. Son arrestation fut robuste : près de 30 policiers armés pour un seul homme. Les conditions de détention au Bangladesh font craindre que ce prisonnier soit torturé.

lire la suite

La Loi antiterroriste et le Projet de loi C-59 sont-ils valides en droit canadien?

Présentement en lecture devant la Chambre des communes, le Projet de loi C-59, intitulé la Loi concernant des questions de sécurité nationale (2017), fait suite à des consultations publiques sur la sécurité nationale par le gouvernement de Justin Trudeau et aux lacunes juridiques identifiées dans la Loi antiterroriste (2015), adoptée sous la précédente législature. Cette loi avait fait grand bruit dans la société civile lors de son adoption en raison notamment de la présence de certaines dispositions potentiellement liberticides et contraires à la Charte canadienne des droits et libertés (ci-après, Charte canadienne). Or, bien que le Projet de loi C-59, proposé par la présente législature, corrige certaines dispositions problématiques de la Loi antiterroriste (2015), il soulève tout de même d’autres incompatibilités constitutionnelles.

lire la suite