Asile au Canada : un droit à protéger

Les déplacements forcés dans le monde atteignent ces derniers temps des chiffres records – 68,5 millions de personnes déracinées, dont 25,4 millions de réfugiés –, et les termes de migrant, réfugié régulier ou irrégulier, voire illégal, revêtent une importance cruciale. L’enjeu dépasse la sémantique, et l’on risque de voir la question des réfugiés traitée sous le seul angle du caractère légal ou illégal de l’immigration, au détriment de la protection due à ces personnes. Le Canada n’échappe pas à cette tentation de considérer la question des migrations à partir d’une approche sécuritaire : cela s’est d’ailleurs manifesté dans la réforme de 2012 sur le système d’octroi de l’asile, qui est toujours en vigueur sur ces principaux points. L’Entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis met de nouveau en lumière cette approche sécuritaire, alors que des personnes tentent de trouver un refuge qui ne leur est plus garanti sur le territoire canadien.

lire la suite
Partagez

Le Prix Gabriel Villemure invite les jeunes à prendre la parole pour abolir la torture

Que ce soit la persécution des prisonniers d’opinion ou de présumés terroristes, la torture existe toujours dans le monde. Plusieurs organismes luttent contre la torture, dont l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT Canada). Soucieuse de transmettre aux plus jeunes générations l’urgence de sa cause, ACAT Canada lance un concours dans le cadre d’un programme d’éducation citoyenne aux droits humains en cette année qui marque les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies.

lire la suite
Partagez

Mexique : Francisco de Jesús subit les contrecoups de la torture

Francisco de Jesús Espinosa Hidalgo est un paysan indigène tsotsil de 69 ans. Son engagement contre des mégaprojets de développement dans sa région du Chiapas lui a vraisemblablement valu d’être torturé et maintenu en détention dans des conditions indignes pendant plus de trois ans. Aujourd’hui libre, il se bat pour que ses tortionnaires soient condamnés et pour obtenir réparation.

lire la suite
Partagez

Viêtnam : condamné à mort depuis 10 ans sans preuve

Ho Duy Hai a été condamné à mort au Viêtnam en 2008, il y a déjà 10 ans. Un comité judiciaire de l’Assemblée nationale a soulevé que les aveux obtenus sous la torture étaient probablement faux, puisque les preuves montrent qu’il n’est pas impliqué dans le crime qu’on lui reproche. Sa longue attente dans le couloir de la mort est intolérable. Nous vous appelons à l’action pour dénoncer cette situation.

lire la suite
Partagez