BURUNDI : Déjà un an de détention pour Germain Rukuki

L’ACAT Canada, les ACAT du monde et la FIACAT se mobilisent ce vendredi 13 juillet 2018 qui marque le triste anniversaire de la détention arbitraire de Germain Rukuki.

Un an après son arrestation, Germain Rukuki, ancien comptable de l’ACAT Burundi, se trouve toujours en détention malgré un état de santé préoccupant.

Germain a été condamné, du fait de son travail pour l’ACAT Burundi, le 26 avril 2018 à 32 ans d’emprisonnement par le Tribunal de grande instance de Ntahangwa pour les crimes de rébellion, atteinte à la sûreté intérieure de l’État, participation à un mouvement insurrectionnel et attaque contre le chef de l’État. Cette condamnation, l’une des plus lourdes peines jamais prononcées à l’encontre d’un défenseur des droits humains au Burundi, fait suite à une procédure arbitraire et marquée d’irrégularités flagrantes. Germain a interjeté appel de cette condamnation le 29 mai 2018.

L’ACAT Canada est intervenue en écrivant à différents ministres canadiens afin d’obtenir leur appui pour la libération de Germain Rukuki. Nous avons reçu une réponse du Ministère québécois des Relations internationales et de la Francophonie qui nous précise que :

Le gouvernement du Québec attache une grande importance au respect des droits fondamentaux et à la démocratie et suit de près la situation au Burundi. Le Conseil permanent de la Francophonie a prononcé la suspension des programmes de coopération de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) visant ce pays. En tant que membre de plein droit de l’OIF, le Québec s’est joint au consensus en faveur de cette suspension.

Au sein des Instances de la Francophonie et lors de ses échanges avec ses partenaires francophones, le Québec veille à rappeler aux États et gouvernements francophones leurs engagements lorsqu’il constate des défaillances graves et des violations. Ces interventions du Québec se font le plus souvent dans le cadre des forums diplomatiques, dont la Commission politique de l’OIF. Ajoutées à celles des autres gouvernements francophones, ces interventions ont néanmoins un effet certain.

Consulter le communiqué de presse

Print Friendly, PDF & Email
Partagez